DECLARATION DE Dr. CISSE KANE

 Télécharger la déclarationimages (1)                   (DU 02 AU 06 MAI 2016 – GENEVE, SUISSE)

DECLARATION DE Dr. CISSE KANE PRESIDENT DE LA SOCIETE CIVILE AFRICAINE SUR LA SOCIETE DE L’INFORMATION (SCASI)

SOMMET PANAFRICAIN SUR L’ÉCONOMIE NUMÉRIQUE ET LA CROISSANCE DURABLE EN AFRIQUE

Monsieur le Président,

Au nom de la SCASI, nous vous exprimons nos félicitations ainsi qu’à M. Houlin Zhao Secrétaire Général de l’Union Internationale des Télécommunications, son équipe et l’ensemble de ses partenaires de l’UNESCO, du PNUD et de la CUNCED, pour l’organisation novatrice du WSIS FORUM 2016 qui a été le cadre de consultations vivantes avec des sessions de très haut niveau organisées en vue de trouver des solutions pour le financement et la mise en œuvre des recommandations du SMSI. Nous nous félicitons également de la participation forte et de la contribution substantielle de l’Afrique au Forum 2016 du SMSI.

Les discussions riches lors du Forum du SMSI 2016 ont montré des progrès considérables réalisés en matière d’accès à la société de l’information ouverte et inclusive. Le fait demeure que l’Afrique se heurte encore (plus que les autres continents) sur la question du financement de la mise en œuvre des recommandations du SMSI.

Plus de 10 après le lancement du processus du SMSI, l’Afrique reste le continent qui bénéficie le moins des retombées de l’économie numérique. Les taux de pénétration d’Internet restent désespérément bas (autour de 20% en moyenne). La construction d’infrastructures de qualité, l’accès au haut débit, les coûts liés aux TIC, la cybersécurité, le multilinguisme sur le cyberespace, les contenus locaux, les droits humains, la protection des données personnelles, les déchets électroniques, la capacitation technique, l’approche multi acteur, la souveraineté numérique, etc., restent des défis majeurs pour l’Afrique. L’unique instrument de financement qui a été imaginé a vécu depuis longtemps. L’économie numérique africaine très florissante (avec un potentiel de croissance de 75%) est très souvent aux mains de multinationales et d’actionnaires qui ne laissent pratiquement pas grand-chose à l’Afrique. Le continent Africain ne dispose pas de solution concrète de financement de l’accès à la société des connaissances et d’utilisation des ressources générées par le secteur des TIC et des télécommunications pour son développement.

Ceci est d’autant plus ironique que le secteur des TIC génère d’immenses ressources en Afrique. Les taux de rentabilité des entreprises de télécommunications sont par exemple souvent même parmi les plus élevés dans les branches situées en Afrique. Il est donc impératif d’identifier les voies et moyens de mieux canaliser ces ressources pour financer l’accès à la société du savoir en Afrique, créer plus d’emplois en Afrique.

Pour toutes ces raisons, la Société Civile Africaine sur la Société de l’Information se propose d’organiser en décembre 2016 un sommet panafricain sur le financement de l’accès véritable à la société de l’information grâce aux ressources tirées du numérique et sur l’utilisation du numérique comme moteur du développement en Afrique.

Le Sommet panafricain sur l’économie numérique et la croissance durable en Afrique placera au centre, les décideurs et les acteurs locaux des TIC. Nous avons été confortés dans cette conviction lors des multiples rencontres que nous avons eues avec plusieurs officiels africains de haut niveau que nous avons rencontrés pendant ce forum. Ce sommet répondra à trois questions majeures :

– Comment financer le développement numérique durable de l’Afrique ? Comment faire bénéficier les pays africains des immenses ressources provenant du numérique générées par l’Afrique ? Quels mécanismes financiers concrets mettre en place pour y arriver ?

– Comment faire passer l’Afrique du statut actuel de consommateur du numérique à celui d’acteur durable des TIC et du numérique ?

– quels sont les axes prioritaires qui amènent les ressources numériques générées par l’Afrique à être utilisées en tant que levier financier pour le développement de l’Afrique ?

Ce Sommet s’inspire de quatre référentiels majeurs :

  • La réalisation des objectifs de développement durable des Nations Unies
  • La mise en œuvre de l’Agenda d’Action d’Addis Abeba (2015)
  • La mise en œuvre de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine
  • La mise en œuvre des recommandations du SMSI, en particulier du WSIS+10

 

La mobilisation des ressources financières tirées du numérique en Afrique pour le développement de l’Afrique est une question de justice et d’équité réclamée par toutes les consultations internationales. Ces ressources devront servir en premier lieu à la capacitation massive (y compris technique, humaine et institutionnelle) des africains dans les domaines essentiels de l’Internet et des TIC, à la création de l’industrie du numérique et d’emplois pour le bénéfice des africains. Il est impérieux que, comme partout ailleurs, les ressources tirées du numérique bénéficient d’abord et de manière beaucoup (plus conséquente qu’actuellement) aux africains et participent substantiellement à la croissance de l’Afrique.

Le sommet aboutira non seulement à des solutions concrètes de captage maximal de ces ressources qui seront le moteur du développement de l’Afrique, mais aussi à l’élaboration de la stratégie africaine de l’économie numérique à l’ère des Objectifs de Développement Durable. La conférence sera précédée de concertation inclusives entre les africains (des gouvernements, du secteur privé, des organisations internationales et institutions régionale, du monde de la recherche, de la communauté technique des TIC/télécoms, des collectivités territoriales, des parlementaires et de la société civile) et entre les africains et leurs partenaires.

Nous appelons à la mobilisation forte et au soutien des gouvernements et des peuples africains pour la réussite de ce sommet panafricain qui débouchera sur un plan NELSON Mandela (Mobiliser l’Afrique Numérique pour la croissance et le veloppement de l’Afrique) de financement du développement de l’Afrique grâce à l’économie numérique.

Nous appelons l’ensemble des partenaires et amis de l’Afrique à apporter leur soutien à la réussite de ce sommet. Nous demeurons convaincus que l’Afrique, grâce à la mobilisation de ses gouvernants et de tous ses enfants est capable de relever le défi de l’émergence et du développement grâce notamment aux ressources générées par le numérique en Afrique.

 

Dr. Cissé Kane,

Président de la SCASI

 

Genève le 05 mai 2016